LES MAUX DE BOUE!

Dermatite du paturon (« mud fever », gale de boue, crevasse), Pourriture de la fourchette (« thrush ») et Abcès de pied 

Printemps rime avec boue! Et cette année, la pluie et la boue sont à l’honneur!

Enfin l’hiver et le froid laissent place aux journées plus longues et chaudes, mais en nous faisant passer d’abord par une période que nous aimons tant : les 2 pieds dans la boue (ou devrais-je dire les 4 pieds!).

Parfois les bains de boue sont thérapeutiques mais pour plusieurs on aimerait bien passer notre tour!

Voici les problèmes de peau aggravés par la présence de boue.

  • Dermatite du paturon : irritation de la peau le plus souvent en arrière du paturon mais qui peut aussi monter plus haut sur la patte. Cette condition est caractérisée par des gales croûtées et souvent épaisses par dessus une peau à vif, rouge et inflammée. Ceci est habituellement causé par une bactérie, la même qui cause le « rain rot » sur le haut du corps (dos, croupe le plus souvent).
  • Pourriture de fourchette : Infection des tissus profonds des lacunes de chaque coté de la fourchette, l’espace entre les bulbes du talon, ou encore la fourchette entière. Elle est causée par des bactéries anaérobes (qui poussent plus facilement en absence d’oxygène donc dans les tissus profonds à l’abri de l’air)

Leurs amis : l’humidité, la chaleur et la boue (source de bactéries) deviennent alors nos ennemis!

Alors que pouvez-vous faire pour prévenir ces problèmes?

  • Couper / raser les poils en arrière des paturons pour exposer la peau à l’air et au soleil.
  • Enlever les ‘flaps’ de fourchette qui emprisonnent l’humidité et où les tissus sont moins oxygénés.
  • Maintenir un parage balancé pour éviter les forces excessives sur les bulbes du talon qui peuvent alors fissurer.
  • Vérifier les sabots et la peau régulièrement.
  • Si possible éviter de laisser les chevaux dans la boue 24h/24.

Et si malheureusement vous êtes quand même pris avec un de ces problèmes, voici ce que vous pouvez faire :

  • Dermatite du paturon : Bien laver pour retirer toute la saleté et la boue avec un savon doux ou un savon antibactérien tel que l’hibitane et de l’eau tiède. S’il y a beaucoup de croutes, laisser le savon agir 5-10 min pour ramollir les croutes et les enlever en frottant doucement avec une petite serviette. Bien sécher la région. Appliquer un onguent médicamenté si sévère, appliquer un onguent à base de zinc pour protéger la région de l’humidité ou encore laisser à l’air si la dermatite est légère et vous pouvez garder le cheval dans un endroit propre et sec.
    • Onguents ayant une propriété apaisante: lavande, aloès, crème de zinc…
  • Pourriture de fourchette : Laver et nettoyer le sabot, enlever les morceaux de fourchette décollés. Un bain de pied dans de l’eau tiède avec un peu d’eau de javel peut aussi être bénéfique. Appliquer votre produit (iode, huile d’oregano, tea tree oil, hoof solution Kevin Bacon…) profondément dans les lacunes autour de la fourchette et les fissures avec des boules de coton imbibées de produit pour que cela reste en place. Garder votre cheval dans un endroit propre et sec.

En cas de doute, appelez votre vétérinaire.

ABCES DE PIED

Les abcès de pied sont également plus fréquents par temps de pluie et boue. La sole des sabots étant plus humide, elle est aussi plus souple et moins dure. Une petite roche peut percer la sole et créer une entrée de bactéries dans le sabot. L’insulte initiale passe souvent inaperçue car une des autres propriétés de la sole est d’être comme une éponge. En effet, la sole se referme aussitôt et les bactéries sont emprisonnées dans les structures internes du sabot, prêts à causer une infection.

Un abcès de pied est une poche d’infection dans le sabot. Ceci est très douloureux pour le cheval car la corne du sabot et rigide et ne peut pas prendre de l’expansion, la poche de pus crée donc une pression dans le sabot. Le sabot sera chaud et le cheval ne voudra pas mettre de poids sur son pied. Cela peut même mimer une fracture!

Si vous soupçonnez un abcès de pied, appelez votre vétérinaire. Il faudra faire aboutir l’abcès avec des poultices et parfois à l’aide d’un couteau. Une fois l’abcès drainé, le cheval sera rapidement soulagé.

Faites attention aux chevaux après leur parage au printemps, certains chevaux avec une sole plus mince et un environnement propice, seront plus susceptibles aux abcès de pied.


Publié dans Equins, Uncategorized | Marqué avec , , | Commentaires fermés sur LES MAUX DE BOUE!

Les tiques sont de retour!

chien dehorsPlus tôt que prévu cette année, les tiques ont déjà fait leur apparition!

Des parasites les plus fréquents chez nos chiens, elles sont les plus précoces. La raison est bien simple : une température supérieure à 40C et un sol à découvert de neige leur suffit pour s’activer.

 

tiquesComme cette charmante bestiole est potentiellement porteuse de la maladie de Lyme, un traitement préventif est fortement suggéré pour une période minimum de 9 mois.

C’est présentement le temps de commencer ce traitement contre l’attachement des tiques.  Appelez-nous pour plus de détails afin de bien protéger votre chien.

 

Publié dans Animaux de compagnie | Marqué avec | Commentaires fermés sur Les tiques sont de retour!

La maladie de Cushing chez le cheval

maladie de CushingSaviez-vous qu’entre 15-20% des chevaux âgés de plus de 15 ans développent la maladie de Cushing et que 30% des chevaux atteints de Cushing ont un ou plusieurs épisodes de fourbure?

Il y a de quoi s’intéresser à cette maladie!

La maladie de Cushing est une maladie endocrinienne neurodégénérative qui affecte surtout les vieux chevaux. Cette maladie perturbe la production des hormones qui régularisent les fonctions physiologiques de votre cheval. La maladie est causée par un adénome (tumeur bénigne) au niveau de l’hypophyse, une glande à la base du cerveau. Elle est caractérisée par une sécrétion excessive d’ACTH au niveau de l’hypophyse, molécule responsable de la production de l’hormone du stress, le cortisol.

 Quels sont les signes cliniques?

Hirsutisme : retard ou absence de mue, pilosité excessive. Présence de longs poils au niveau de la ganache, l’encolure, le ventre, les membres. Poils épais ayant tendance à boucler dans les cas avancés (apparence de mouton)

Fonte musculaire : principalement au niveau de la ligne du dos et des membres postérieurs

Fourbure : souvent chronique ou récidivante

Sudation excessive

Polyurie-polydipsie : augmentation de la consommation d’eau et production d’urine

Accumulation anormale de gras : au-dessus des yeux, encolure-nuque (cresty neck), base de la queue

Immunosuppression : prédisposition aux infections chroniques (abcès de pied, problèmes de peau, problèmes respiratoires)

Changement de comportement : léthargie, dépression, cheval plus calme ou fatigué

Baisse des performances athlétiques

 Si votre cheval âgé présente un ou plusieurs de ces signes cliniques contactez votre vétérinaire pour un examen et bilan sanguin.

En ce moment le diagnostic de maladie de Cushing se fait par une simple prise de sang. On mesure la quantité d’ACTH dans le sang. Si le test sanguin est positif le diagnostic est immédiat. Généralement on essaie d’éviter les tests sanguins en automne, soit du mois d’aout au mois de novembre car le résultat sanguin peut être influencé par la saison.

Le diagnostic de la maladie de cushing peut quand même présenter un certain défi dans certains cas, surtout lorsque les symptômes sont vagues…

Traitement

Le pergolide (agoniste de la dopamine) est le médicament le plus recommandé à l’heure actuelle. Il se présente sous forme de petits comprimés à donner quotidiennement au cheval. Une fois entamé, le traitement est un traitement à vie.

La dose et la réponse au traitement sont variables d’un cheval à un autre. C’est pourquoi une réévaluation de l’ACTH sanguin est fortement conseillée 4 semaines après le début du traitement puis tous les 6 mois.

Le pergolide présente peu d’effets secondaires et on note habituellement une amélioration des signes cliniques en 6-12 semaines.

Une bonne hygiène de vie doit absolument être fournie à ces chevaux: soins dentaires appropriés, parage régulier des pieds, programmes de vermifugation et de vaccination adaptés, alimentation équilibrée (beaucoup de fibres, peu de glucides).

Le pronostic est généralement favorable surtout si la maladie est diagnostiquée à ses débuts et qu’il y a eu peu ou pas d’épisodes de fourbure.

 

Publié dans Equins | Marqué avec , , | Commentaires fermés sur La maladie de Cushing chez le cheval

Attention à l’herbe du printemps

chevaux au paturageComme toute bonne chose, c’est bien meilleur lorsque consommé avec modération!

Ahhhh le printemps, quelle belle saison! La vie reprend et la végétation aussi. Et quel bonheur que de voir nos compagnons chevalins brouter l’herbe fraîche sous le soleil et respirer l’air de dehors. Quoi de plus naturel me direz-vous? Mais l’environnement sauvage diffère beaucoup de nos pâturages domestiqués!

En effet, les herbes commerciales ont été sélectionnées pour être ultra résistantes (sécheresse, piétinage, climat…) et pour cela, elles sont toutes plus riches en hydrates de carbone. Les terrains à l’état naturel étant plus arides, les repas des chevaux sauvages sont plus petits et ils doivent se déplacer continuellement pour trouver de la nourriture. C’est loin d’être le portrait de nos fidèles compagnons! En contraste, nos pâturages sont en général plus denses et peuvent passer de brun à vert en très peu de temps.

Pour que vos chevaux puissent profiter au maximum du printemps mieux vaut prendre quelques précautions.

La majorité des chevaux ont été confiné à l’intérieur et nourri avec une ration foin/grain durant plusieurs mois de l’hiver. Comme tout changement alimentaire, le passage à l’herbe fraiche et luxuriante des pâturages du printemps doit se faire graduellement afin d’éviter les problèmes digestifs. L’herbe du printemps est un aliment très riche en nutriments et elle est très facile à digérer. L’herbe à ce temps ci de l’année est plus élevée en humidité (75-85%), protéine (plus de 20%), énergie, sucres, vitamines et minéraux, qu’à d’autres moments de l’année.

herbe fraicheLes chevaux ont tendance à surconsommer à cause de l’appétence de cette verdure luxuriante, ce qui peut mener à d’importants problèmes comme, les coliques gazeuses (douleur au ventre), les diarrhées et la fourbure (inflammation des tissus à l’intérieur du sabot causé par une consommation excessive de calories semblable à un cheval qui se bourre de grain).

Certains chevaux sont plus susceptibles aux effets d’une herbe plus riche : les poneys, les arabes, les morgans, les chevaux obèses, souffrant de syndrome métabolique équin, Cushing, ou ayant déjà eu un épisode de fourbure dans le passé. Soyez encore plus vigilants dans ces cas.

Alors comment pouvez-vous aider votre cheval à profitez au maximum de ses sorties printanières et minimiser les effets indésirables?

  • Nourrir avec du foin juste avant de mettre les chevaux au pâturage ou laisser du foin disponible au pâturage jusqu’à ce que l’herbe mature, pendant la période de transition. Lorsque les chevaux ont le ventre plein, ils ont moins tendance à trop manger lorsque mis à l’herbe!
  • Restreindre le temps de broutage. Initialement, on devrait seulement laisser les chevaux brouter 30 min une à deux fois par jour les premiers jours au pâturage. Augmentez progressivement ce temps sur les prochaines semaines. Utilisez un panier de jeune au besoin si vous ne pouvez pas faire de transition graduelle.

En suivant ces petits conseils, vous et vos compagnons pourrez maintenant avoir hâte à la fonte des neiges et de voir les premiers brins d’herbe verte, sans crainte!

 

Conseil supplémentaire :

L’herbe du printemps est riche en potassium et pauvre en magnésium. Cette combinaison peut parfois être source de problèmes. Certains chevaux deviennent nerveux ou hyper réactifs, ou encore peuvent avoir des fasciculations musculaires (‘twitching’) ou des crampes. Pour combattre ceci, assurez-vous qu’il y a du sel disponible en tout temps et considérez supplémenter avec 5-10mg de magnésium par jour.

Publié dans Equins | Marqué avec , , | Commentaires fermés sur Attention à l’herbe du printemps

Nouveauté: Unité Vétérinaire Mobile

chien sur le plancherIl vous est impossible de vous déplacer à la Clinique?
Vous souhaitez dire adieu à votre fidèle compagnon dans la quiétude de votre maison?
Le transport en voiture cause un stress à votre animal?
Vous manquez tout simplement de temps?

La Clinique Vétérinaire de Granby est à l’écoute de vos besoins et c’est pour cette raison qu’un service à domicile vous sera maintenant offert à partir du 6 mai 2015.

En effet, avec tout son professionnalisme et son empathie, Dre Noémie Dubé pourra se déplacer dans le confort de votre demeure afin de prodiguer des soins médicaux vétérinaires.

Services offerts:

  • Médecine préventive (vaccination, ver du cœur et vermifugation)
  • Consultation médicale et traitements
  • Prise d’échantillon pour tests de laboratoire
  • Euthanasie humanitaire
  • Implantation de micro-puces

Veuillez noter que le service vous sera offert les mercredis de 8h à 19h et que des frais de déplacements s’appliquent. Pour prendre rendez-vous ou pour de plus amples informations, n’hésitez pas à communiquer avec notre équipe au 450-378-5108.

Au plaisir de vous voir directement à votre porte bientôt!

Publié dans Animaux de compagnie | Marqué avec , | Commentaires fermés sur Nouveauté: Unité Vétérinaire Mobile

Changement aux heures d’ouverture

chatAvis à notre clientèle:

Veuillez prendre note qu’à compter du 13 avril prochain, nos heures d’ouverture seront modifiées. Nous fermerons plus tôt en semaine, soit à 19h.

Cependant, nous ajoutons un bloc d’une heure à nos plages de rendez-vous en soirée. Nous pourrons ainsi vous offrir des rendez-vous entre 17h et 18h ce qui nous était impossible auparavant.

Merci de votre compréhension,

l’équipe de la CVG

 

 

Publié dans Animaux de compagnie | Marqué avec , | Commentaires fermés sur Changement aux heures d’ouverture

Préparez votre cheval pour la saison de compétition

cheval de sautLe printemps est arrivé, enfin presque! C’est le temps de l’année durant lequel on doit penser à toutes les choses qui vont permettre à notre cheval d’avoir du succès dans la saison estivale à venir.

En haut de la liste, évidemment, se trouvent une bonne remise en forme physique ainsi que la santé des sabots, des articulations et du dos. Une visite du vétérinaire est indiquée pour déceler tout problème.

C’est également le temps des vaccins, avant que votre cheval ne soit exposé à toutes sortes de maladies que ce soit par contact avec d’autres chevaux en compétition ou les insectes piqueurs. Si cela n’a pas été fait à l’automne, un examen dentaire est aussi à prévoir. Et n’oubliez pas de demander un test Coggins pour les inscriptions aux compétitions!

Prenez le temps d’évaluer la condition de chair de votre cheval avec votre vétérinaire. La perte ou la prise de poids et les  changements au niveau de la masse musculaire peuvent être significatifs. Discutez avec votre vétérinaire si votre cheval bénéficierait d’un programme de maintenance articulaire (glucosamine, Legend®…).

Dr Alix SerapigliaSi votre cheval a été au repos durant l’hiver, le retour au travail devra être progressif. Votre programme de remise en forme devra aussi inclure des journées de repos afin de permettre à votre cheval de récupérer et renforcer les structures sollicitées. Votre cheval pourrait bénéficier et apprécier une séance d’acupuncture afin de maximiser sa remise en forme!

Un autre aspect important est souvent oublié: la santé du tractus digestif. En effet, les problèmes digestifs peuvent tout autant affecter la performance qu’une boiterie! Les nutriments dont votre cheval a besoin pour performer et se guérir proviennent d’un système digestif qui fonctionne de façon efficace, d’une absorption et d’une utilisation optimale de la ration.

Avec l’entrainement, les besoins nutritionnels augmentent. La prise calorique doit être adaptée à son travail. Votre cheval aura aussi besoin de plus de protéines, vitamines et minéraux. Un  tractus digestif en santé est essentiel pour une absorption adéquate.

Même lorsqu’on porte attention aux détails de l’alimentation de notre cheval, l’environnement compétitif peut venir chambouler nos préparatifs.  Le stress et l’énervement peuvent empêcher le cheval de manger aussi calmement et continuellement qu’on le voudrait. Le stress et l’exercice augmentent les risques de développer des ulcères gastriques et altèrent la motilité digestive. Parlez à votre vétérinaire des améliorations que vous pouvez apporter à votre régie et à la nutrition de votre cheval afin de minimiser les problèmes digestifs.

Bonne préparation à tous! Un cheval préparé en vaut deux! 😉

 

Publié dans Equins | Marqué avec , | Commentaires fermés sur Préparez votre cheval pour la saison de compétition

Une journée pour la cause!

Dr Julie et un pitouLa journée du 24 février en fut une marquante ici, à la clinique.

Pour cette 3ième édition de la Journée Nationale de la Stérilisation du Québec, la CVG a décidé de s’impliquer en offrant de stériliser des chiens et chats de la SPA des Cantons.

Nous avons donc examiné deux chattes, trois chiens et une chienne mais, nous n’avons pu  stériliser que trois chiens. Tous étaient adorables et dociles. Ils feraient d’excellents compagnons. Malheureusement, la santé de la chienne et des deux chattes rendait impossible la chirurgie à ce moment. Il faut comprendre que les refuges doivent accueillir une très grande quantité d’animaux, rendant ainsi difficile le contrôle des maladies contagieuses.

Dr Julie Lavigne en chxNous aurions bien aimé en faire plus et notre contribution est bien minime face à la grande demande qui existe. Nous souhaitons vivement que notre action en ce jour de la stérilisation mobilisera d’autres établissements vétérinaires à en faire autant lors des prochaines éditions. Et surtout, nous espérons sensibiliser les propriétaires d’animaux à l’importance de la stérilisation pour éviter la surpopulation, mais aussi à la responsabilité qu’exige l’acquisition d’un animal.

Merci à tous ceux et celles qui se dévouent au bien-être animal et nous espérons que ça se propage de façon contagieuse à toute la population. Au nom de toute l’équipe de la Clinique vétérinaire de Granby.

 

Solenne et Sandy 2                          JNSAQ

 

Publié dans Animaux de compagnie | Marqué avec , , | Commentaires fermés sur Une journée pour la cause!

Les Struvites chez le chat

Qu’est-ce que des struvites?

Les struvites sont des cristaux urinaires composés d’ammonium, de phosphate et de magnésium. Lorsque l’urine est supersaturée de ces minéraux et que le pH urinaire est élevé, les conditions sont propices à la formation de struvites.

struvitesContrairement aux calculs (pierres), les cristaux sont microscopiques (voir photo). Ceux-ci forment du sable qui irrite les voies urinaires. Dans certains cas, il est possible que ces cristaux se lient à du mucus et forment des bouchons qui peuvent entraîner un blocage urinaire.

Cette condition arrive presque exclusivement chez les mâles dû à leur anatomie (urètre plus long et étroit). Lors d’un blocage urinaire, les déchets métaboliques normalement produits ne sont plus adéquatement éliminés par l’urine et s’accumulent dans le sang, ce qui aura pour conséquence d’intoxiquer votre chat et de mettre sa vie en danger. C’est pour cette raison que nous recommandons, à tout propriétaire ayant un chat mâle avec cristaux urinaires, de porter une attention particulière à la litière afin de s’assurer que votre chat n’ait pas de difficulté à uriner.

Quels sont les symptômes?

Voici une liste de symptômes possibles lors de struvites:

  • Mictions très fréquentes avec petite quantité d’urine
  • Mictions douloureuses avec vocalisation
  • Mictions en-dehors de la litière
  • Présence de sang dans l’urine
  •  Léchage excessif de la région génitale

Dans les cas de blocage urinaire, vous pouvez aussi noter:

  • Abattement et déshydratation
  • Vomissements
  • Anorexie
  • Abdomen douloureux
  • Tentative infructueuse d’uriner

Quels sont les facteurs prédisposants?

Le facteur le plus important concerne l’alimentation. Une diète de mauvaise qualité ainsi qu’une faible consommation d’eau favorisent la formation de struvites. Les nourritures riches en protéines, phosphore et magnésium ou qui n’offrent pas un pH urinaire contrôlé sont à proscrire. D’autres facteurs tels que la génétique, l’obésité et la sédentarité sont aussi à considérer.

Comment fait-on le diagnostic?

C’est à l’aide d’une analyse microscopique d’un échantillon d’urine qu’il nous est possible de diagnostiquer la présence de struvites. L’urologie est aussi indiquée pour éliminer la possibilité de diverses conditions pouvant entraîner des symptômes identiques. Nous recommandons également une radiographie afin de s’assurer  qu’il n’y ait pas de calculs (grosses pierres dans la vessie pouvant nécessiter une chirurgie).

Que sont les traitements et les mesures préventives?

chat buvant au robinetUne nourriture pour éliminer les struvites et pour prévenir l’apparition de nouveaux cristaux est recommandée. Aucune autre nourriture ou gâterie ne devront être données à votre animal, il en va de sa santé. Durant les deux premiers mois, il est préférable de nourrir votre chat avec de la nourriture en conserve afin d’augmenter sa consommation d’eau. De cette façon, l’urine produite sera plus diluée ce qui favorisera l’élimination des struvites. Il existe plusieurs autres petits trucs pouvant vous aider à augmenter la consommation d’eau de votre chat (veuillez vous référer à notre feuille prévue à cet effet). Une fois les cristaux éliminés, une nourriture préventive devra être poursuivie durant la vie entière de votre chat afin de diminuer significativement la possibilité de récidives.

Quel est le suivi?

Deux mois après le début du changement alimentaire, une urologie de contrôle est recommandée afin de s’assurer de la disparition des cristaux. Dans la majorité des cas, cela prend entre 3 à 6 semaines pour permettre leur élimination.

Si vous avez des questions ou des inquiétudes, n’hésitez pas à nous contacter au 450-378-5108.

Publié dans Animaux de compagnie | Marqué avec , , , | Commentaires fermés sur Les Struvites chez le chat

L’arrivée d’un chiot à la maison

chiot teckelÇa y est, après mûres réflexions, vous vous êtes décidé à acquérir un nouveau chiot.  Celui-ci a été bien choisi selon vos goûts mais aussi selon le temps et les moyens que vous avez à lui accorder.  Maintenant, il est important de bien se préparer à l’accueillir dans sa nouvelle maison afin que tout se passe le mieux possible.

Avant même d’aller le chercher, il est sage de s’assurer que vous avez tout ce dont il aura besoin pour les premiers jours dans sa nouvelle demeure:  couverture, cage (pas trop grande), nourriture de bonne qualité et appropriée à sa race (petite ou grande race).

Pour le transport, il serait plus prudent de le mettre dans  une petite cage.  Parce que plusieurs chiots ont le mal du transport lors de leur première expérience de voiture, une bonne quantité de papier essuie-tout vous sauvera peut-être de quelques dégâts.  Au retour, rendez vous directement à la maison. Il est préférable de pas aller montrer le nouveau toutou à mon oncle et ma tante ce qui le stresserait davantage.  De même, il faut éviter d’inviter parents et amis pour les premières journées afin qu’il ait le temps de s’adapter à sa nouvelle vie.

Voilà, Pitou est maintenant chez lui.  Il pourrait être utile lors de la première journée et si cela est possible, de limiter l’accès à une ou deux pièces de la maison.  Il se sentira moins dépaysé et, du même coup,  vous pourrez plus facilement le surveiller.  Pendant la journée, mettez-le dans sa cage ne serait-ce que quelques minutes afin qu’il s’habitue à celle-ci.  N’oubliez pas qu’on ne le sort de celle-ci que lorsqu’il a cessé de pleurer ou aboyer!  Sinon, comme un enfant, il saura que s’il pleure, vous venez le voir et le sortir.

En ce qui concerne son alimentation, vous devriez lui offrir 3 repas par jour et n’oubliez pas de le sortir pour ses petits besoins aussi souvent que nécessaire (après une période de jeu, après les repas, après un repos…)

chiot labradorLa première journée est terminée et vous êtes prêt à aller au lit.  Mettez le petit dans sa cage avec une bouillote ou un sac magique pour reproduire la chaleur de sa mère.  Vous pouvez aussi vous procurer un collier avec phéromones (Adaptil) qui procure un effet apaisant et vous permettra sans doute de passer une meilleure nuit puisqu’il se réveillera moins souvent.

Bonne continuité avec votre nouveau compagnon!

Publié dans Animaux de compagnie | Marqué avec , , | Laisser un commentaire